2017

WP 2017.31 Transitional Restricted Linkage between Emissions Trading Schemes

A paraître dans Environmental and Resource Economics (2018).

Simon Quemin – Christian de Perthuis

Résumé
Les liaisons entre systèmes d’échange de quotas d’émission sont considérées comme un élément important de la future architecture de politique climatique. Ces liaisons sont cependant difficiles à mettre en place et restent peu nombreuses à ce jour. Des restrictions temporaires à l’échange de quotas ont le potentiel de faciliter l’émergence graduelle du libre échange de quotas. Nous comparons les mérites relatifs de plusieurs restrictions à l’échange sous cet angle ; en particulier, les restrictions quantitatives, les taxes aux frontières, les taux de change, les taux de remise et les liaisons unidirectionnelles. Dans cette optique, nous développons une modélisation simple permettant d’avoir un cadre d’analyse comparée unifié, qui, en conjonction avec des leçons tirées d’expériences réelles, sert de base à une discussion plus générale sur ces différents instruments.


WP 2017.30 Why is price useless to signal environmental quality ?

Alexandre Volle

Résumé
Dans un contexte où la crédibilité de la certification verte est remise en question, le présent document examine le rôle du prix en tant que moyen de communication de substitution, tel qu’il a été largement développé depuis Milgrom et Roberts (1986). L’objectif est d’examiner le comportement de prix d’une entreprise verte concurrente d’une entreprise brune lorsque le bien polluant est vendu sur un marché parfaitement concurrentiel. En raison de l’existence d’une frange concurrentielle brune, la distorsion du prix nécessaire pour signaler un produit vert est trop importante et réduit la demande à zéro. En conséquence, les équilibres mélangeants en prix apparaissent comme les situations les plus plausibles, et l’entreprise brune peut imiter le comportement de prix de l’entreprise verte. Un producteur vert est donc contraint de pratiquer des prix non informatifs qui peuvent conduire au résultat d’Akerlof (1970).


WP 2017.29 A cost-benefit approach for prioritizing invasive species

Publié dans Ecological Economics (2018), 146, 607-620.

Pierre Courtois – Charles Figuières – Chloé Mulier – Joakim Weill

Résumé
Les invasions biologiques entraînent des pertes massives de biodiversité et des impacts économiques justifiant des efforts de gestion importants. Parce que les fonds disponibles pour contrôler les invasions biologiques sont limités, il est nécessaire d’identifier les espèces prioritaires. Ce document examine d’abord les méthodes actuelles de priorisation des espèces invasives et souligne explicitement leurs faiblesses. Nous construisons ensuite un cadre d’optimisation coût-bénéfice qui intègre l’utilité des espèces, leur valeur écologique, leur caractère distinctif et les interactions avec les autres espèces. Ce cadre offre les bases théoriques d’une méthode simple pour la gestion de multiples espèces envahissantes avec un budget limité. Nous fournissons un algorithme pour opérationnaliser ce cadre et rendre explicites les hypothèses requises pour satisfaire un objectif de gestion.


WP 2017.28 Stacking up the Ladder: A Panel Data Analysis of Tanzanian Household Energy Choices

Publié dans World Development (2018), 115, 222-235.

Johanna Choumert – Pascale Combes Motel – Leonard Le Roux

Résumé
Nous utilisons des données d’enquêtes collectées en trois passages entre 2008 et 2013 (Tanzanian National Panel Survey) pour analyser les choix des ménages en matière d’énergie en Tanzanie dont les statistiques de consommation d’énergie reflètent le faible niveau d’industrialisation et de développement. En 2016, seulement 16,9 % des habitants des zones rurales et 65,3 % des habitants des zones urbaines ont accès à l’électricité. Tout d’abord, nous estimons un logit multinomial des choix de combustibles utilisés pour l’éclairage et la cuisine. Ensuite, nous nous intéressons à l’utilisation simultanée de plusieurs combustibles dont nous proposons différentes mesures. Enfin, étant donné que la consommation de combustibles a des impacts différenciés selon le sexe, nous examinons aussi le pouvoir de négociation des femmes dans les choix de combustibles. Nous constatons que l’augmentation des revenus des ménages est fortement associée à une transition vers l’utilisation de combustibles modernes, notamment pour l’éclairage. Cette transition n’est cependant pas conforme à l’échelle énergétique selon laquelle les ménages substituent progressivement les combustibles modernes aux combustibles traditionnels à mesure que leur revenu augmente. Les ménages préfèrent plutôt utiliser un large éventail de combustibles traditionnels et modernes (energy stacking). En Tanzanie, la politique gouvernementale a surtout consisté à raccorder les ménages au réseau électrique. Les avantages sanitaires, environnementaux et sociaux de l’accès aux sources d’énergie modernes peuvent être réduits lorsque le comportement des ménages n’est pas conforme à l’échelle énergétique. Enfin, nous mettons en évidence le rôle du niveau d’éducation des femmes dans les choix énergétiques des ménages.


WP 2017.27 Recycling of a Primary Resource and Market Power: The Alcoa Case

Bocar Samba Ba

Résumé
L’objectif de ce papier est triple. Premièrement, il cherche à analyser l’influence du recyclage sur le pouvoir de marché d’un extracteur qui peut être associé à Alcoa lorsque le secteur de recyclage auquel il est confronté se comporte de façon concurrentielle. Deuxièmement, il tente de déterminer si le pouvoir de marché de l’extracteur est affecté ou non lorsqu’il est soumis à une contrainte de capacité. Troisièmement, il examine l’effet de la structure du secteur de recyclage sur le pouvoir de marché de l’extracteur. Pour explorer ces lignes de recherche, nous avons utilisé un modèle de Cournot où l’extracteur produit l’aluminium sur deux périodes consécutives. A la deuxième période, il est confronté à un secteur de recyclage qui peut se comporter de façon concurrentielle ou non. Nos résultats s’établissent comme suit. (1) Lorsque le secteur de recyclage n’est pas concurrentiel, la quantité recyclée n’affecte pas le pouvoir de marché, de la première période, de l’extracteur mais augmente son pouvoir de marché de deuxième période. (2) Lorsque le secteur de recyclage est concurrentiel, le pouvoir de marché de l’extracteur, de la deuxième période, augmente avec la quantité recyclée mais devient moins élevé en comparaison au cas où le secteur de recyclage n’est pas concurrentiel. Quant au pouvoir de marché de la première période, il peut être plus ou moins élevé, comparé au cas où le secteur de recyclage n’est pas concurrentiel. Par conséquent, il peut augmenter ou diminuer avec la quantité recyclée. (3) Quelle que soit la structure du secteur de recyclage, le pouvoir de marché de l’extracteur, de la première période, augmente davantage lorsque la contrainte de la ressource primaire est saturée. (4) Nous avons, également, montré que le pouvoir de marché de l’extracteur peut augmenter ou diminuer au fil du temps.


WP 2017.26 Polarisation of Eco-Labelling Strategies

Vera Danilina

Résumé
La hausse des inquiétudes d’ordre écologique suscite des discussions animées quant à l’impact de la politique verte dans différents domaines des sciences sociales. Le présent travail de recherche étudie les résultats d’un étiquetage environnemental volontaire, en autarcie et après intégration dans les échanges internationaux, à l’échelle de pays ainsi qu’à l’échelle de producteurs. Il étudie l’impact des deux principaux types d’éco-étiquetage -programmes basés sur critères multiples (ISO type I) et auto-déclarations environnementales (ISO type II) – introduits simultanément pour répondre aux inquiétudes environnementales des consommateurs. Le modèle montre une polarisation en ce qui concerne l’éco-étiquetage: alors que les entreprises les moins productives ont tendance à éviter les stratégies vertes, les entreprises de taille moyenne-inférieure et les plus productives bénéficient d’incitations au verdissement, et les entreprises de taille moyenne-supérieure choisissent les programmes pacte de confiance. Il est également montré que les restrictions volontaires ont des effets substantiels sur la productivité après ouverture aux échanges internationaux, conditionnellement, selon le type d’étiquetage et le degré relatif de conscience environnementale des pays partenaires commerciaux. Le modèle prédit des pertes de productivité du marché moyennes et dans certains segments des gains de productivité pour le pays relativement plus soucieux d’écologie, le contraire s’appliquant au pays relativement moins soucieux d’écologie.


WP 2017.25 Intergenerational equity under catastrophic climate change

Aurélie Méjean – Antonin Pottier – Stéphane Zuber – Marc Fleurbaey

Résumé
Le changement climatique soulève la question de l’équité entre les générations. Le changement climatique est susceptible d’avoir des effets dangereux et irréversibles, et pourrait vraisemblablement conduire à l’extinction de l’espèce humaine. Il s’agirait alors de mettre en regard non plus les consommations actuelle et future, mais la consommation actuelle et l’existence même des générations futures. Pour étudier cette question, nous utilisons un modèle d’évaluation intégrée qui prend en compte le risque d’extinction des générations futures. Nous comparons plusieurs politiques climatiques avec différentes probabilités de catastrophe conduisant à l’extinction, en utilisant une classe de fonctions de bien-être social utilitariste avec population variable. Nous montrons que le risque d’extinction a plus d’influence sur la politique préférée que les dommages climatiques. Nous examinons le rôle de l’aversion à l’inégalité et de l’éthique de la population. En général, une préférence pour une grande population et une faible aversion à l’inégalité conduisent à préférer des politiques climatiques ambitieuses. Cependant, il existe des situations pour lesquelles l’effet de l’aversion à l’inégalité se trouve inversé.


WP 2017.24 Does the Expansion of Biofuels Encroach on the Forest?

Publié dans Journal of Forest Economics (2018), 33, 75-82.

Derya Keles – Johanna Choumert – Pascale Combes Motel – Eric Kere

Résumé
Dans cet article, nous explorons le rôle de la production de biocarburants sur la déforestation dans les pays en développement et émergents. Depuis les années 2000, la production de biocarburants s’est rapidement développée pour répondre aux enjeux du développement économique, de la pauvreté énergétique et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Cependant, la durabilité des biocarburants est remise en question dans les recherches récentes, notamment au niveau environnemental, en raison de leur impact sur la déforestation et des émissions de GES qu’ils peuvent engendrer du fait des changements d’utilisation des terres. Afin d’isoler l’impact de la production de bioéthanol et de biodiesel parmi les déterminants classiques de la déforestation, nous utilisons un modèle de panel à effets fixes sur la production de biocarburants dans 112 pays en développement et émergents entre 2001 et 2012. Nous constatons une relation positive entre la production de bioéthanol et la déforestation dans ces pays, parmi lesquels nous soulignons la spécificité des pays à revenu intermédiaire supérieur (PRIU). L’accélération des incitations à la production de biocarburants, liée à une volonté de renforcer la sécurité énergétique à partir de 2006, permet de mettre en évidence des impacts marginaux plus importants pour la production de bioéthanol dans le cas des pays en développement et des pays à revenu intermédiaire. Toutefois, ces résultats ne sont pas significatifs avant 2006 pour les pays en développement, et la production de biodiesel semble avoir un impact sur la déforestation avant 2006 pour les deux sous-échantillons. Ces deux derniers résultats semblent surprenants et pourraient être liés au rôle des technologies de production de biocarburants et aux rendements agricoles utilisés dans leur production.


WP 2017.23 Voluntary agreements as correlated equilibria of a subscription game

Anne-Sarah Chiambretto

Résumé
Ce travail présente un jeu de souscription à bien public discret, modifié pour représenter les incitations qui sous-tendent la participation de n firmes à un accord volontaire (AV) environnemental. Je suppose que l’AV est préventif, c’est-à-dire qu’il émerge pour éviter la mise en place d’une régulation contraignante. Je propose un dispositif de corrélation pour augmenter le nombre de firmes participantes, formalisé comme un équilibre corrélé (EC). Les équilibres de Nash (EN) en stratégies pures et mixtes du jeu sans le dispositif de corrélation sont caractérisés. Je trouve non seulement qu’un tel dispositif résout le problème de la multiplicité des équilibres en permettant aux firmes de se coordonner sur n’importe quel EN, mais aussi qu’il permet d’atteindre un niveau de bien-être agrégé plus grand. À la caractérisation de l’EC optimal du jeu d’AV suit une étude comparative d’efficacité de l’ensemble des équilibres identifiés. L’impact du niveau de sévérité de la menace et du nombre de joueurs est analysé. Enfin, les résultats généraux sont illustrés sur un exemple de modèle de réduction de la pollution.


WP 2017.22 Logging Concessions, Certification & Protected Areas in the Peruvian Amazon: forest impacts from combinations of development rights & land-use restrictions

Jimena Rico – Stephanie Panlasigui – Colby J. Loucks – Jennifer Swenson – Alexander Pfaff

Résumé
Les activités économiques (agriculture, exploitation forestière, exploitation minière) sont à l’origine de la perte des forêts tropicales, si bien que l’équilibre entre le développement et la conservation implique des compromis – ainsi que des synergies. Les politiques de conservation, telles que les aires protégées (AP), peuvent sauver davantage de forêts lorsqu’elles incluent certains droits de développement (Pfaff et al. 2014). L’effet semble moins fort quand des politiques de développement, telles que des concessions forestières, incluent certaines obligations de conservation. Le droit à l’exploitation forestière incite les entreprises privées à défendre leurs actifs forestiers, bien que les entreprises puissent augmenter ou réduire les pertes forestières en fonction de leurs capacités de défense, de leurs motivations à exploiter et de la supervision publique. La réduction des pertes peut être récompensée par une certification volontaire ou une tierce partie qui surveille les pratiques d’exploitation forestière, dont l’impact, selon nous, dépend des motivations des entreprises et de leur capacité à limiter les pertes. Nous examinons les impacts des droits et des restrictions dans l’Amazonie péruvienne entre 2000 et 2013, en éliminant les biais liés à l’emplacement et aux années. Comparativement à un groupe de contrôle sans concessions forsestières et en dehors des AP, nous trouvons que les AP réduisent la perte de couvertures d’arbres – tandis que les AP qui incluent les droits de développement conservent plus de forêts que les AP strictes, pour chaque région. Les concessions forestières réduisent la perte forestière à Madre de Dios, mais elles augmentent la perte à Ucayali. La certification n’a un impact – réduction de 1 % en 2000-2013 des pertes forestières – que sur Madre de Dios, ce qui correspond bien à l’idée que dans cette zone les entreprises privées choisissent de limiter les pertes.


WP 2017.21   Prix FAERE 2017 du meilleur article de jeunes économistes

Beyond perfect substitutability in public good games: heterogeneous structures of preferences

Marion Dupoux

Résumé
La littérature sur les jeux de bien public est très axée sur la séparabilité additive de la valeur du bien privé et de la valeur du bien public. Pourtant, la structure additive sous-tend une substituabilité parfaite entre les biens privés et publics, ce qui constitue une forte hypothèse. Cet article examine l’effet des structures de paiements / préférences sur les contributions au bien public dans le cadre d’une experience en laboratoire de contributions volontaires, dans des groupes homogènes et hétérogènes. Lorsque les biens sont considérés comme de parfaits substituts, les sujets agissent en tant que passager clandestin plus souvent lorsqu’ils interagissent avec des sujets de l’autre type (complémentarité entre les biens) pour qui il est optimal de contribuer. L’introduction d’une telle hétérogénéité peut fournir une méthode d’identification des passagers clandestins. Néanmoins, une aversion aux inégalités avantageuses se degage également pour ces mêmes sujets. Cela signifie que lorsque les biens sont substituables, les sujets ont tendance à ne pas apprécier de gagner trop par rapport au membre de leur groupe dont les gains sous-tendent de la complémentarité, une structure plus contraignante.


WP 2017.20 Institutional determinants of protest responses in stated preference studies

Victor Champonnois

Résumé
Le contexte institutionnel est un déterminant important des réponses dites « zéro de protestations » dans les questionnaires de préférences déclarées. La plupart des questionnaires étant conduits sur un lieu et à un temps donné, le contexte institutionnel ne varie pas, empêchant toutes conclusions sur son effet sur le comportement de protestation. De plus, bien que l’importance du contexte institutionnel sur le choix du véhicule de paiement ait été suspectée, il n’existe aucune étude sur la manière dont leur interaction affecte le taux de protestations. Cet article essaye de répondre à ces manques en utilisant des méta-données sur des études de préférences déclarées pour des biens environnementaux, ainsi que des variables institutionnelles. Les résultats montrent que les variables institutionnelles sont des déterminants significatifs du taux de protestation, mais il n’y pas de preuve que le choix du véhicule de paiement affecte différemment la probabilité de protester selon le contexte institutionnel.
Dans la littérature sur les préférences déclarées, l’effet du contexte institutionnel sur les réponses dites « zéros de protestations » est à éclaircir. Cet effet devrait varier en fonction de la méthode d’identification et du choix de véhicule de paiement. Cet article propose des réponses en utilisant des méta-données sur des études de préférences déclarées pour des biens environnementaux, ainsi que des variables institutionnelles. Les résultats montrent que les variables institutionnelles sont des déterminants significatifs du taux de protestation, mais il n’y pas de preuve que le choix du véhicule de paiement affecte différemment la probabilité de protester selon le contexte institutionnel.


WP 2017.19 Do climatic events influence internal migration? Evidence from Mexico

Vincente Ruiz

Résumé
Un nombre croissant d’études suggère que les mouvements de population sont influencés par des changements dans la qualité environnementale, ainsi que par les tendances climatiques. Dans cet article, je fournis une analyse des effets des facteurs climatiques sur la migration interne au Mexique. En particulier, je concentre mon travail sur le rôle des sécheresses et des inondations. Mes résultats montrent que les inondations ainsi que les sécheresses agissent comme facteurs d’incitation à la migration interne.


WP 2017.18 Combining Rights and Welfarism: a new approach to intertemporal evaluation of social alternatives

Publié dans Social Choice and Welfare (2018), 50(1), 35-54.

Ngo Van Long – Vincent Martinet

Résumé
Nous proposons un nouveau critère reflétant à la fois le souci des droits et le souci du bien-être dans l’évaluation des sentiers de développement économique. La préoccupation pour les droits est saisie par une structure de préférences envers des combinaisons de seuils de divers indicateurs quantitatifs. Les contraintes sont interprétées comme des droits minimaux à garantir à toutes les générations. Les niveaux de ces droits sont choisis de façon endogène, en tenant compte du coût en termes de bien-être. Un tel critère pourrait incarner l’idée du développement durable. Nous caractérisons la tension entre droits et bien-être dans un cadre économique général. Nous appliquons le critère au modèle de Dasgupta-Heal-Solow. Nous montrons que si le poids accordé aux droits dans le critère est suffisamment élevé, la solution optimale se situe sur la frontière des seuils. Le chemin de développement est alors « piloté » par les droits. Plus précisément, si une consommation minimale est considérée comme un droit, la consommation constante peut être optimale même avec un taux d’actualisation positif. Dans ce cas, la valeur implicite du droit joue un rôle important dans la détermination du taux d’actualisation à appliquer aux projets d’investissement social.


WP 2017.17 The importance of considering optimal government policy when social norms matter for the private provision of public goods

Guy Meunier – Ingmar Schumacher

Résumé
La pression sociale peut aider à surmonter le problème de passagers clandestins associé à la fourniture de biens publics.
Dans la littérature sur les normes sociales traitant de la fourniture privée de biens publics, il semble y avoir une croyance implicite selon laquelle il est préférable que tous les agents adhèrent à la « bonne » norme sociale. Nous contestons cette opinion et étudions la politique gouvernementale optimale dans un modèle de référence (Rege, 2004) de prestation de services d’intérêt public et d’approbation sociale dans un contexte dynamique. Nous discutons du problème avec l’argument standard d’éviction et d’encombrement et nous analysons la relation avec la taxe Pigouvienne. Nous montrons que même si l’adhésion complète à la norme sociale maximise le bien-être social, il n’est pas nécessairement optimal de pousser la société vers cette norme. Nous soulignons les différents rôles de l’externalité sociale et le problème du bien public.
Nous discutons du rôle du coût des fonds publics et montrons comment il peut créer une dépendance à l’égard des trajectoires, une multiplicité d’équilibres optimaux et des trajectoires optimales, et discutons du rôle de l’instabilité. Nous soutenons qu’il faut faire preuve d’une extrême prudence lors de la formulation des politiques et que les résultats ultérieurs dépendront entièrement de cette formulation.


WP 2017.16 A simple method to study local bifurcations of three and four-dimensional systems : characterizations and economic applications

Publié dans Mathematical Social Sciences (2019), 97, 38-50.

Stefano Bosi – David Desmarchelier

Résumé
Nous développons les conditions nécessaires et suffisantes pour détecter les bifurcations locales dans les systèmes dynamiques de dimension 3 et 4 en temps continu. Nous caractérisons non seulement les conditions d’occurrence de bifurcations de codimension 1, mais aussi celles concernant les bifurcations de codimension 2. Notre méthode est générale et très simple à utiliser. Pour illustrer cette simplicité, nous développons deux applications à l’économie de l’environnement, l’une en dimension 3, l’autre en dimension 4, que nous complétons par des simulations.


WP 2017.15 The impact of renewable versus non-renewable natural capital on economic growth

Laura Recuero Virto – Denis Couvet

Résumé
Cet article examine si le capital naturel est un déterminant robuste de la croissance économique, en analysant la contribution directe et indirecte du capital naturel renouvelable et non renouvelable. Notre hypothèse est que le capital naturel renouvelable peut avoir un impact plutôt indirect mais plus important sur la croissance économique que le capital naturel non renouvelable, en particulier à travers le bien-être humain. En revanche, le capital naturel non renouvelable peut être une source de richesse financière immédiate, mais peut avoir des effets sociaux et environnementaux négatifs. Pour tester cette hypothèse, nous utilisons de données sur 83 pays pour la période 1960-2009 pour comparer la pertinence des théories « proximales  » et « fondamentales » pour expliquer la croissance économique. Nous trouvons un impact négatif indirect de la part du capital naturel renouvelable dans la richesse sur la croissance économique à travers le bien-être humain et plus précisément le taux de croissance démographique et la fécondité. C’est particulièrement le cas pour les pays ayant des niveaux de développement humain plus élevés. En revanche, la part du capital naturel non renouvelable dans la richesse a un impact direct positif sur la croissance économique dans les pays où l’inégalité des revenus est plus faible et la qualité institutionnelle plus élevée. Cette constatation reflète l’effet de l’accumulation de capital dans l’économie domestique, lorsque les contraintes de capacité sont assouplies. Enfin, les pays ayant un revenu par habitant plus élevé, un développement humain plus élevé et une qualité institutionnelle plus élevée ont une part plus élevée du capital naturel renouvelable par habitant, bien qu’ils aient également une part plus faible du capital naturel renouvelable dans la richesse. Un tel résultat souligne que le capital naturel renouvelable est très nécessaire pour les personnes (par habitant), c’est donc une préoccupation principale pour les pays développés, bien que ce capital contribue moins à la richesse et à la croissance économique dans ces pays. Nos résultats mettent en question la façon dont la «richesse» et la croissance économique sont définies dans l’économie lorsque l’effet du capital naturel est examiné.


WP 2017.14 Can a hazardous event be another source of poverty traps?

Can Askan Mavi

Résumé
Ce travail vise à présenter une autre explications pour les trappes de développement en présence du risque endogène d’événement abrupt. On montre que les politiques d’adaptation et de mitigation ont des effets différents sur l’émergence des trappes de développement ; quand la première suscite une trappe de pauvreté, la deuxième l’évite. Par conséquent, on met en évidence un nouveau compromis entre la politique d’adaptation et de mitigation autre que le compromis dynamique habituel traité dans plusieurs travaux. (Zemel (2015), Tsur and Zemel (2015)), qui est crucial pour les pays en développement. Nos simulations numériques montrent qu’une économie se trouvant dans une trappe de pauvreté adopte une politique d’exploitation agressive des ressources naturelles quand elle fait face à un risque plus élevé d’événement abrupt. Pourtant, l’économie dans le bon équilibre devient plus prudente concernant l’exploitation des ressources naturelles.


WP 2017.13 Does the literature support a high willingness to pay for green label buildings? An answer with treatment of publication bias

Publié dans Revue d’économie politique (2018), 128(5), 1013-1046.

Florian Fizaine – Pierre Voye – Catherine Baumont

Résumé
La place majeure occupée par le secteur du bâtiment dans la consommation d’énergie (40%) et les émissions de gaz à effet de serre (1/3 des émissions) explique le développement du débat scientifique axé sur la réduction de l’impact environnemental du bâtit et sur ses leviers. Ces dernières années ont notamment vu croitre une littérature considérable relative à la disposition à payer du public pour les bâtiments « verts » labélisés par des écolabels, cette « valeur verte » étant estimée dans la grande majorité des études via des modèles hédoniques. Dans cet article, nous proposons d’offrir une synthèse de ces résultats dans le cadre d’une méta-analyse portant sur plus d’une cinquantaine d’études à travers le monde. Deux résultats sont produits. Grâce à un modèle à effets aléatoires multi-niveaux et une régression MCO pondérée robuste au regroupement, nous fournissons tout d’abord une estimation moyenne ainsi qu’un intervalle de confiance du premium de prix concédé par les agents économiques (prix de vente) pour accéder à un bâtiment vert. Cette estimation nous permet de corroborer l’intérêt et la pertinence économique de l’investissement dans la rénovation du bâtiment. Toutefois, un important biais de publication semble affecter cette thématique et sa correction amène à une division par deux de la valeur verte immobilière (de 8 à 4 %). Ensuite, nous analysons les facteurs susceptibles d’être à la source de la dispersion des résultats via une méta-régression basée sur différents modérateurs (type de publication, période d’analyse et zone géographique de l’échantillon, technique économétrique employée…). Divers tests statistiques et méthodes alternatives de sélection sont également réalisés pour étayer la robustesse de ces résultats. Nous terminons par un certain nombre de recommandations à destination des recherches futures permettant une meilleure comparabilité des résultats ainsi que par des suggestions aptes à éclairer l’efficacité des politiques publiques visant la soutenabilité du secteur du bâtiment.


WP 2017.12 Spatial Analysis of Emissions in Sweden

Publié dans Energy Economics (2017), 168, 383-394.

George Marbuah – Franklin Amuakwa-Mensah

Résumé
Ce papier contribue à une littérature émergente sur la relation de la courbe de Kuznets environnementale (EKC) entre la pollution et le revenu au niveau local en analysant les émissions de dioxyde de carbone (CO2), de dioxyde de soufre (SO2), d’oxydes d’azote (NOX), de monoxyde de carbone (CO), les particules (PM2,5 et PM10) et les particules totales en suspension (TSP). Nous effectuons plusieurs tests spatiaux statistiques et économétriques pour tenir compte de la dépendance spatiale entre 290 municipalités suédoises sur les émissions sélectionnées. Les résultats mettent en évidence que la relation pollution-revenu est significativement caractérisée par les effets d’interaction spatiale. C’est-à-dire que les émissions par habitant de la municipalité sont fortement influencées par les trajectoires d’émissions dans les municipalités voisines. Les implications de nos conclusions sur la politique sont discutées.


WP 2017.11 Towards a less vulnerable and more sustainable development : heritage tourism in island economies

Natalia Zugravu-Soilita – Vincent Geronimi – Christine Le Gargasson – Jessy Tsang King Sang

Résumé
Pour de nombreuses petites économies insulaires (PEI), le tourisme international représente une source essentielle de croissance. Cependant, du point de vue de la vulnérabilité et de la soutenabilité de leur trajectoire de développement, cette spécialisation économique n’est pas nécessairement possible ni souhaitable pour chaque PEI. Nous supposons l’existence de relations non linéaires entre la spécialisation touristique, la vulnérabilité et la soutenabilité. En utilisant l’analyse de régression sur panel, nous montrons que le tourisme international réduit la vulnérabilité et augmente la soutenabilité—mesurée par l’épargne véritable—à des niveaux intermédiaires de spécialisation touristique. En revanche, la vulnérabilité augmente et la soutenabilité diminue lorsque les niveaux de spécialisation touristique sont inférieurs [supérieurs] à certains seuils, qui s’avèrent être deux fois moins [plus] élevés pour les économies insulaires par rapport aux autres pays du monde. Nous supposons que le degré de différenciation des services touristiques (par la mobilisation du patrimoine naturel et / ou culturel) devrait modérer l’effet de la spécialisation touristique sur la vulnérabilité et la soutenabilité. Les résultats empiriques montrent que le tourisme basé sur le patrimoine est une des stratégies les plus soutenables pour les îles dont le développement économique s’appuie fortement sur les activités touristiques. Des stratégies touristiques alternatives sont discutées sur la base de nos résultats empiriques et quelques études de cas illustratives.


WP 2017.10 Assessing the sustainability of optimal pollution paths in a world with inertia

Publié dans Environmental Modeling and Assessment (2018), https://doi.org/10.1007/s10666-018-9612-8.

Marc Léandri – Mabel Tidball

Résumé
La plupart des modèles formels de contrôle optimal de la pollution assument une capacité d’assimilation naturelle constante, malgré les preuves biophysiques que cette fonction environnementale peut être dégradée par des effets de feedback, comme c’est le cas avec la réduction des puits de carbone océaniques dans le cadre du changement climatique. Les quelques modèles qui prennent cette dégradation en considération le font en établissant une relation bijective entre le stock de pollution et la capacité d’assimilation, ignorant ainsi le mécanisme d’inertie en jeu. En effet, le niveau de capacité d’assimilation n’est pas seulement déterminé par le niveau courant du stock de pollution mais par l’historique de ce stock et par le temps que l’écosystème est demeuré au-dessus du seuil de dégradation. Nous proposons un instrument d’évaluation de la soutenabilité des trajectoires de pollution optimale dérivées du modèle benchmark lorsque l’inertie du processus de dégradation de la capacité d’assimilation est prise en compte. Nos simulations montrent une forte sensibilité à la vitesse de dégradation ainsi qu’au taux d’actualisation.


WP 2017.09 Smart Grids and Renewable Electricity Generation by Households

Prudence Dato – Tunç Durmaz – Aude Pommeret

Résumé
L’objectif de cet article est d’étudier l’investissement d’un ménage en matière d’énergies renouvelables intermittentes et de dispositifs de stockage d’énergie. L’apport de notre modèle provient de la flexibilité qu’ont les ménages de vendre (acheter) de l’électricité au réseau électrique ou de stocker de l’énergie produite grâce aux équipements d’énergie renouvelable. Nous étudions, pour un ménage, les conséquences de la gestion de la demande en considérant trois niveaux d’équipement dans les réseaux intelligents. Le premier niveau concerne la possibilité de vendre de l’électricité au réseau électrique, ce qui peut être obtenu de manière relativement simple par le “comptage net ». Le deuxième niveau s’intéresse à l’installation de compteurs intelligents. Le troisième niveau considère le stockage de l’énergie. Nous analysons les décisions d’investissement du ménage en matière de système photovoltaïque et de stockage de l’énergie, ainsi que les conséquences du stockage d’énergie et des compteurs intelligents pour la consommation de l’électricité et l’achat d’électricité au réseau électrique. En outre, nous étudions l’opportunité de l’installation d’un compteur intelligent par le ménage et les implications des mesures de restriction qui évitent la congestion. Nos résultats indiquent que l’instauration de des prix dynamiques, qui devraient encourager les ménages à utiliser efficacement le réseau électrique, et par conséquent, à économiser de l’énergie, peut conduire à une plus grande dépendance du réseau électrique. Ainsi, la structure tarifaire doit être soigneusement planifiée.


WP 2017.08 Can Land Fragmentation Reduce the Exposure of Rural Households to Weather Variability?

Publié dans Ecological Economics (2018), 154, 42-51.

Stefanija Veljanoska

Résumé
Le changement climatique a des conséquences néfastes pour les agriculteurs africains. A cause de l’absence d’infrastructure d’irrigation, leur production dépend « fortement » de l’intensité des pluies. Par ailleurs, du fait de leurs imperfections, le recours aux marchés de crédit et d’assurance pour se protéger des aléas climatiques est rare dans ces économies. Bien que la fragmentation des terres soit souvent considérée comme un obstacle à la productivité agricole, cet article vise à analyser si cette stratégie peut réduire le degré d’exposition des agriculteurs aux intempéries. Afin de mener cette analyse, nous utilisons des données d’enquêtes, Living Standards Measurement Study-Integrated Surveys on Agriculture (LSMS-ISA), sur l’ Ouganda établies par la Banque Mondiale. Après avoir traité le problème de l’endogénéité de la fragmentation des terres, nous montrons qu’une fragmentation des terres plus importante diminue la part des rendements lorsque les ménages font face à des variations de précipitation. Par conséquent, les décideurs politiques devraient être prudents avec les programmes de consolidation des terres.


WP 2017.07 Environmental Policy and Human Capital Inequality: A Matter of Life and Death

Publié dans Journal of Environmental Economics and Management (2018), https://doi.org/10.1016/j.jeem.2018.04.009.

Karine Constant

Résumé
Cet article analyse les implications économiques d’une politique environnementale passant par le canal de l’espérance de vie d’agents hétérogènes. Dans un cadre où tout le monde souffre de la pollution mais l’état de santé des individus dépend également de leur niveau de capital humain, je trouve que l’économie peut être piégée dans une trappe où les inégalités ne cessent d’augmenter au fil des générations, en particulier lorsque l’intensité de la pollution est grande. De plus, de telles inégalités s’avèrent coûteuses pour l’économie à long terme, notamment en termes de santé et de croissance. Je montre que l’augmentation d’une taxe sur la production polluante, combinée avec un investissement en dépollution, peut permettre à une économie d’échapper à la trappe à inégalités tout en améliorant la croissance de long terme, lorsque les inégalités en capital humain ne sont pas trop élevées initialement.


WP 2017.06 Intertemporal Abatement Decisions under Ambiguity Aversion in a Cap and Trade

Simon Quemin

Résumé
Nous étudions les décisions d’abattement intertemporelles d’une firme averse à l’ambiguïté couverte par un marché de permis. L’aversion à l’ambiguïté est introduite pour prendre en compte la prévalence d’incertitude réglementaire dans les marchés de permis existants. L’ambiguïté porte sur le prix de marché des permis et sur la demande de permis de la firme. L’aversion à l’ambiguïté distord l’efficience intertemporelle et induit deux effets : une distorsion pessimiste des croyances en faveur des situations ‘défavorables’ et un changement du facteur d’actualisation. L’allocation de permis n’est pas neutre et les décisions d’abattement intertemporelles de la firme ne dépendent pas seulement des futurs prix de marché espérés mais aussi des futures positions de marché espérées du point de vue de la firme. En particulier, le pessimisme conduit la firme qui s’attend à être courte (longue) à sur-abattre (sous-abattre) tôt par rapport à l’efficience intertemporelle. Nous montrons qu’il existe une incitation générale au sur-abattement précoce, qui est d’autant plus marquée sous allocation par enchères que sous allocations gratuites.


WP 2017.05 Investment in Energy Efficiency, Adoption of Renewable Energy and Household Behaviour: Evidence from OECD countries

Version révisée 01.2018
Publié dans The Energy Journal (2018), 39(3), 213-245.

Prudence Dato

Résumé
Il existe des synergies possibles entre la décision d’investir dans des mesures d’efficacité énergétique et l’adoption d’énergies renouvelables, en ce sens que les premières réduisent la demande d’énergie de manière à ce que les secondes peuvent encore réduire les émissions futures de gaz à effet de serre (GES), ce qui présente un grand potentiel dans le secteur résidentiel. Dans le secteur résidentiel, de nombreux travaux ont été réalisés sur la demande d’énergie propre et sur l’investissement dans l’efficacité énergétique. Toutefois, à notre connaissance il n’y a aucune étude spécifique qui étudie l’interaction entre les deux décisions. Cet article comble cette lacune dans la littérature et montre théoriquement dans un premier temps, qu’il existe des relations de substitution ou de complémentarité entre les deux décisions en fonction d’un seuil relatif à l’effet croisé lié à la motivation environnementale du consommateur. Dans un second temps, le modèle théorique est suivi par une analyse empirique des interactions entre les deux décisions. Nous montrons que les deux décisions sont positivement liées entre elles en raison de caractéristiques non observées qui déterminent les deux décisions. Troisièmement, le document présente l’impact différentiel de la pauvreté énergétique, du problème des incitations séparées, des caractéristiques du logement, de l’engagement et de la confiance sur les deux décisions. Enfin, le document examine les caractéristiques des ménages qui influent considérablement sur l’adoption conjointe de technologies d’efficience énergétique et d’énergies renouvelables. Cette contribution peut servir à définir des politiques incitatives pour faire progresser la transition énergétique.


WP 2017.04 The Biofuel-Development Nexus: A Meta-Analysis

Publié dans Ecological Economics (2018), 147, 230-242.

Johanna Choumert – Pascale Combes Motel – Charlain Guegang

Résumé
Bien que la production de biocarburants ait augmenté ces dernières années, la littérature sur son impact sur la croissance et le développement trouve des résultats contradictoires. Cet article présente une méta-analyse des études d’équilibre général calculable publiées entre 2006 et 2014. A partir de 26 articles, nous mettons en lumière les raisons pour lesquelles les résultats diffèrent. Nous étudions des facteurs tels que le type de biocarburants, la zone géographique et les caractéristiques des modèles. Nos résultats indiquent que les résultats des simulations en MEGC sont sensibles aux paramètres des modèles. Ils suggèrent également de grandes disparités entre les pays développés / émergents et les pays d’Afrique subsaharienne.


WP 2017.03 Sustainability of an economy relying on two reproducible assets

Robert D. Cairns – Stellio Del Campo – Vincent Martinet

Résumé
L’évaluation de la durabilité d’une société nécessite un système de valeurs implicites dérivées de l’objectif de durabilité. En tant que première étape vers la dérivation de telles valeurs implicites pour un objectif maximin, cet article étudie une économie composée de deux actifs renouvelables, chacun produisant l’un des deux biens de consommation. L’effet de la substituabilité entre les deux biens dans l’utilité est étudié en supposant, l’une après l’autre, une substituabilité marginale néoclassique décroissante, une parfaite substituabilité et une parfaite complémentarité. Le degré de substituabilité a de forts impacts sur la solution maximin ; il affecte la régularité ou la non-régularité du programme et les valeurs implicites. Cela a d’importantes conséquences sur le calcul de l’épargne véritable et sur les perspectives de durabilité des générations futures.


WP 2017.02 Natural cycles and pollution

Publié dans Mathematical Social Sciences (2018), 96, 10-20.

Stefano Bosi – David Desmarchelier

Résumé
Dans ce papier, nous étudions la solution de marché d’un modèle à la Ramsey où une externalité polluante, émanant des activités de production, affecte une ressource naturelle renouvelable qui impacte la demande de consommation. Une taxe proportionnelle, levée au niveau de la production, est introduite pour financer des dépenses publiques de dépollution.
À long terme, deux états stationnaires peuvent coexister, l’un avec un niveau de ressource bas, l’autre avec un haut niveau de ressource. Il apparait qu’une taxe plus forte réduit le niveau de ressource de l’état stationnaire bas donnant naissance à un Green Paradox (Sinn, 2008). De plus, la taxe verte peut accroître le bien-être à l’état stationnaire haut ce qui n’est jamais le cas à l’état stationnaire bas. Par ailleurs, pour ce dernier, il est optimal de réduire la taxe verte autant que possible. À l’inverse, il existe un unique taux de taxe optimal à l’état stationnaire haut.
À court terme, les états stationnaires peuvent entrer en collision et disparaitre au travers d’une bifurcation saddle-node. Si la consommation et la ressource naturelle sont des biens substituables pour le ménage représentatif, un cycle limite peut apparaître au voisinage de l’état stationnaire haut. À l’inverse, ce type de cycles n’apparait jamais au voisinage de l’état stationnaire bas et ceci, quel que soit l’effet de la ressource sur la demande de consommation. Pour terminer, en nous concentrant sur les bifurcations de codimension deux, nous avons mis en évidence la possible occurrence d’une bifurcation de Bogdanov-Takens.


WP 2017.01 Exploitation and Recycling of Rare Earths

Bocar Samba Ba – Raphaël Soubeyran

Résumé
Nous étudions le cas de l’exploitation de ressources épuisables tels que les terres rares et le phosphore. Nous utilisons un modèle standard d’exploitation d’une ressource épuisable à la Hotelling qui considère un secteur primaire et un secteur de recyclage. Nous montrons que, lorsque le secteur primaire est concurrentiel, le prix de la ressource recyclable augmente au fil du temps. Ce résultat est en porte à faux avec ce qui se passe dans le cas des biens durables où le prix optimal est soit décroissant, soit suit une forme en « U ». Nous proposons ensuite une nouvelle explication de la possible baisse du prix d’une ressource épuisable: lorsque le secteur primaire se comporte comme un monopole, le producteur de la ressource primaire à une incitation à retarder son activité de production dans le but de retarder le recyclage. Par conséquent, le prix de la ressource recyclable suit une forme en « U ». Nous montrons aussi que l’amélioration de la technologie du secteur de recyclage augmente le prix dans le court terme mais le diminue dans le long terme.

Plus d’articles similaires

Menu