2014

WP 2014.16 Interval Bidding in a Distribution Elicitation Format

Publié dans Applied Economics (2017), 1-12.

Pierre-Alexandre Mahieu – François-Charles Wolff – Jason Shogren

Résumé
L’enchère sous la forme d’un intervalle (ou interval bidding) permet aux participants d’une enquête monétaire de déclarer une fourchette de montants plutôt qu’un montant exact. Ici, il est demandé aux enquêtés de choisir une distribution. A partir d’une enquête portant sur la protection des éléphants, nous montrons que la forme de la distribution varie d’un individu à l’autre et que le degré d’incertitude est proportionnelle au consentement à payer. Nous trouvons également que le consentement à payer espéré et le niveau d’incertitude ne sont pas les mêmes suivant que le paiement est hypothétique ou non.


WP 2014.15
Un modèle de mobilité résidentielle avec taxe foncière

Marc Germain – Dominique Peeters

Résumé
Une communauté d’individus hétérogène en termes de revenus occupe un territoire divisé en zones caractérisées par des niveaux d’aménités différents. Partant du concept de rente ricardienne, nous proposons un modèle déterminant les rentes offertes dans les différentes zones et la répartition de la population entre celles-ci.
Une taxe foncière sous la forme d’un forfait par unité de surface modifie l’équilibre du marché de la terre obtenu sans taxe si son montant dépasse la rente de certaines zones.
Les ménages locataires doivent alors se concentrer sur un territoire réduit, ce qui affecte négativement leurs niveaux d’utilité. Si les recettes fiscales sont recyclées pour financer un bien public global, l’impact négatif de la taxe sur les ménages locataires peut être atténué, voire plus que compensé.
Une externalité affectant négativement les aménités d’une zone se traduit par une variation des rentes de l’ensemble des zones via un processus de “vote avec les pieds”. En présence d’une taxe foncière, l’externalité peut entraîner une diminution du territoire occupé. En revanche, la taxe peut aussi être à la base d’un système de compensation financière des propriétaires lésés par l’externalité par les propriétaires non lésés.


WP 2014.14
Tradable Renewable Quota vs. Feed-In Tariff vs. Feed-In Premium under Uncertainty

Robert Marschinski – Philippe Quirion

Résumé
Nous étudions la performance de trois instruments de soutien aux énergies renouvelables en cas d’incertitude : quotas d’énergie renouvelable (Tradable Renewable Quota, TRQ), tarif d’achat garanti (Feed-In-tarif, FIT), et prime fixe (Feed-In-Premium, FIP). Nous développons un modèle stylisé du marché de l’électricité, où les énergies renouvelables sont caractérisés par une externalité positive d’apprentissage, que le régulateur vise à internaliser. Nous étudions trois sources d’incertitude : le coût de l’électricité d’origine fossile, le coût de l’électricité d’origine renouvelable et la demande totale d’électricité. Nous dérivons analytiquement les conditions qui déterminent le classement relatif de ces instruments en terme de bien-être espéré. Nous confirmons généralement le rôle clé des pentes de bénéfices marginaux et les coûts associés à la politique, mais le classement spécifique dépend du type d’incertitude considéré, et de la nature temporaire ou permanente des chocs. Toutefois, un taux d’apprentissage élevé favorise généralement le FIT, tandis que TRQ est largement dominé par les deux autres instruments. Ces résultats sont confirmés dans une application numérique pour le marché américain de l’électricité, dans laquelle le FIP apparaît comme le choix dans l’ensemble plus robuste et le TRQ comme le moins robuste.


WP 2014.13
Inducing Sorting Investment and Implementation of an Alternative e-Waste Market under Imperfect Information

Publié dans Economics Bulletin (2018), 38(1), 629-637.

Prudence Dato

Résumé
Dans un contexte de coûts élevés d’élimination des déchets électroniques (e-déchets) dans les pays développés combiné avec un système de surveillance imparfait, la partie non réutilisable des e-déchets est souvent illégalement mélangée avec la partie réutilisable. Ce type de mélange est envoyé dans les pays en développement traduisant une « injustice environnementale » avec d’importantes externalités négatives. Pour résoudre ce problème, nous proposons un marché alternatif des déchets électroniques autre que l’actuel système de surveillance et nous analysons la conception optimale des mécanismes d’incitation pour sa mise en place. Ce marché alternatif consiste en un commerce conjoint de la partie réutilisable et de la partie non réutilisable des e-déchets. Dans cet article, nous utilisons la théorie des incitations appliquée au marché des e-déchets. Nous voulons montrer comment inciter les firmes exportatrices des e-déchets des pays riches à entreprendre des investissement de tri qui permettrait de mettre en place ce type de marché alternatif des déchets électroniques. Les résultats montrent que, si le coût de tri est faible, le contrat optimal pour inciter à l’investissement dans le tri et mettre en place le marché alternatif des déchets électroniques est un contrat de type Baron-Myerson (BM). De plus, nous identifions des conditions pour éviter le marché actuel. Enfin, nous construisons l’ensemble des décisions optimales de la firme importatrice des e-déchets dans le sud suivant l’ensemble des coûts de tri. L’une des implications directes de ces résultats est que si le coût n’est pas trop élevé pour dissuader l’investissement dans le tri, la firme importatrice devrait inciter la firme exportatrice à investir dans le tri de sorte que le marché alternatif soit facilement mis en place.


WP 2014.12
Is Choice Experiment Becoming more Popular than Contingent Valuation? A Systematic Review in Agriculture, Environment and Health

Pierre-Alexandre Mahieu – Henrik Andersson – Olivier Beaumais – Romain Crastes – François-Charles Wolff

Résumé
Cet article propose une revue systématique s’appuyant sur un grand nombre d’articles publiés dans des revues économiques référencées dans la base de données du web of science. Les résultats d’une analyse économétrique et descriptive montrent que la méthode des choix multi-attributs (MCMA) connaît plus de succès que la méthode d’évaluation contingente (MEC). De plus, les revues spécialisées en santé et en agriculture sont plus tournées vers la MCMA que celles spécialisées en environnement. Finalement, des divergences sont observées entre les revues quand on s’intéresse aux caractéristiques des MCMA comme la construction du questionnaire, le type de personnes interrogées ou encore les modèles économétriques utilisés. En particulier, il est plus courant d’utiliser des modèles à paramètres aléatoires en environnement qu’en santé ou en agriculture.


WP 2014.11
Optimal Carbon Sequestration Policies in Leaky Reservoirs

Alain Jean-Marie – Michel Moreaux – Mabel Tidball

Résumé
Nous étudions dans ce rapport un modèle de la capture et du stockage du carbone (CSS), dans lequel le réservoir de carbone capturé fuit, de telle sorte que la pollution est in fine rejetée dans l’atmosphère. Nous formulons le problème du planificateur social comme un programme de contrôle optimal et nous décrivons les chemins de consommation optimaux, en fonction des conditions initiales, ainsi que des paramètres physiques et économiques du problème. En particulier, nous montrons que la présence de fuites peut conduire à des situations qui ne se produisent pas sinon,
dont le fait d’avoir des sentiers de prix optimaux non monotones.


WP 2014.10
Reaping the Carbon Rent: Abatement and Overallocation Profits in the European Cement Industry, Insights from an LMDI Decomposition Analysis

Publié dans Energy Economics (2015), 47, 189-205.

Frédéric Branger – Philippe Quirion

Résumé
Cet article analyse les variations des émissions de CO2 de l’industrie cimentière Européenne de 1990 à 2011, au niveau Européen (UE 27), et au niveau national pour six grands producteurs (Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Italie et Pologne). La méthode utilisée est la technique LMDI (Log-Mean Divisia Index), en croisant trois bases de données : GNR (Getting the Number Right) développée par la Cement Sustainability Initiative, EUTL (European Union Transaction Log) et Eurostat (commerce international).
Cette méthode de décomposition permet de séparer sept canaux de changement d’émissions : l’activité, le commerce de clinker, l’intensité clinker du ciment, les combustibles alternatifs, l’efficacité énergétique (thermique et électrique) et la décarbonisation de l’électricité. Hormis une tendance de réduction des émissions de faible amplitude due à des améliorations technologiques (en premier lieu de la baisse de l’intensité clinker du ciment, puis d’une augmentation des combustibles alternatifs), la plupart des variations des émissions peuvent être attribuées à l’effet des activités.
L’utilisation de scénarios contrefactuels permet ensuite d’estimer que l’introduction du SCEQE (EU ETS) a apporté un abatement technologique faible mais positif (2.0% plus ou moins 1.1%). D’autre part, nous trouvons que l’industrie cimentière Européenne a gagné 3.5 milliards d’euros de « profits de surallocation », la majeure partie due au ralentissement de la production. D’après ces résultats, nous recommandons un système d’allocations de quotas proportionnel à la production, basée sur un benchmarking hybride (clinker et ciment) contraignant.


WP 2014.09
Price versus Quantities versus Indexed Quantities

Frédéric Branger – Philippe Quirion

Résumé
Nous développons un modèle stochastique permettant de classer différentes politiques (taxe, quotas absolus ou en intensité) selon leurs coûts sociaux totaux espérés. Trois types d’incertitude sont pris en compte : l’incertitude concernant les coûts d’abatement, l’incertitude concernant les émissions au fil de l’eau, et l’incertitude concernant la future production économique (les deux dernières étant corrélées). Deux paramètres, le ratio des pentes des bénéfices et coûts marginaux d’une part, et la corrélation entre l’incertitude concernant les émissions au fil de l’eau et l’incertitude concernant la future production économique d’autre part, sont cruciaux pour déterminer quel instrument est préférable.
Lorsque les bénéfices marginaux sont relativement plus plats que les coûts marginaux, la taxe est préférable aux quotas fixes (résultat de Weitzman). Lorsque la corrélation précédente est plus grande qu’un seuil dépendant de paramètres, les quotas en intensité sont préférables aux quotas absolus. Une condition intermédiaire est trouvée pour comparer la taxe avec les quotas en intensité. Nous établissons un pont entre la littérature qui minimise la variance des coûts d’abatement et celle qui inclut également la variance des bénéfices environnementaux, et trouvons qu’exclure ces derniers introduit un biais en faveur des quotas en intensité par rapport aux quotas absolus.
Le modèle est ensuite testé empiriquement pour sept régions différentes (Chine, Etats-Unis, Inde, Russie, Brésil et Japon) en utilisant les données passées de PIB et d’émissions, ainsi que les prévisions de l’International Energy Outlook. Nous trouvons que la taxe est préférable aux quotas (absolus ou en intensité) dans tous les cas, et que les quotas en intensité sont préférables aux Etats-Unis et dans les pays émergents (sauf Brésil où la détermination est ambiguë), tandis que les quotas absolus sont préférables en Europe et au Japon.


WP 2014.08
Renewable Energy, Subsidies, and the WTO: Where has the ‘Green’ Gone?

Publié dans Energy Economics (2015), 51, 407-416.

Patrice Bougette – Christophe Charlier

Résumé
Face à l’impératif de la transition énergétique, les gouvernements doivent décider de politiques publiques pour promouvoir la production d’énergie renouvelable et protéger l’industrie amont. Le différend OMC « Canada – énergie renouvelable » porte sur le programme de tarifs rachats garantis Tarif de rachat garantis (FIT) de l’Ontario présentant une exigence de contenu local (LCR). L’Union européenne et le Japon ont affirmé que les programmes FIT constituent des subventions non éligibles dans le cadre de l’Accord SCM, et que la LCR est incompatible avec le principe de non-discrimination de l’OMC. Cet article examine cette question en utilisant un modèle de duopole international avec différenciation verticale dans lequel les producteurs d’équipements de production d’énergie renouvelable se concurrencent en prix. Les programmes FIT avec et sans LCR sont comparés sur leurs effets sur le commerce, les profits, la quantité d’électricité renouvelable produite et le bien-être domestique. Lorsque les quantités sont prises en compte, les résultats confirment la discrimination. Toutefois, l’introduction d’une différence dans la qualité des équipements de génération d’électricité renouvelable fournit des résultats plus mitigés. Enfin, les résultats permettent de discuter de la question de savoir si la protection de l’environnement peut être mise en avant comme une raison pour subventionner les producteurs d’énergie renouvelable à la lumière de l’Accord SCM.


WP 2014.07
Tarification au Prix-Limite et (In)Efficacité de la Taxe Carbone

Publié dans Journal of Public Economics (2016), 139, 28-39.

Saraly Andrade de Sa – Julien Daubanes

Résumé
Cet article remet en question la capacité d’une taxe carbone à réduire la production de pétrole. La demande de pétrole est très inélastique. Face à une telle demande, un cartel de producteurs vise à établir le prix le plus élevé possible, pour autant que ce prix ne la détruise pas : le cartel tolère les substituts « non drastiques », mais prévient les possibilités de substitution qui pourraient détériorer trop drastiquement la demande de pétrole. Les équilibres au prix-limite des marchés de ressources non renouvelables sont qualitativement différents des équilibres classiques à la Hotelling. Les taxes appliquées au flux de ressource deviennent neutres. Les politiques économiques ne parviennent à réduire la production de pétrole qu’en soutenant les substituts non drastiques actuellement produits. La taxe carbone pénalise non seulement le pétrole, mais aussi ses substituts carbonés actuels ; elle provoque ainsi une augmentation de la production courante de pétrole.


WP 2014.06
Nutrient Allowances Market and Wetland Abatement

Natacha Fauvet – Jean-Christophe Pereau

Résumé
La fonction de régulation offerte par les zones humides est très efficace pour réguler les rejets agricoles et la pollution de l’eau. L’objectif de cet article est de montrer comment les agriculteurs peuvent utiliser cette fonction de régulation afin de remplir les objectifs de réduction de pollution fixés par un régulateur, à travers un marché de permis des nutriments. L’introduction d’un marché dans le programme de maximisation de l’agriculteur induit une incitation soit à la réduction de la quantité utilisée d’engrais par hectare, soit à la restauration d’hectares de zones humides sur les terres agricoles. Les résultats de la statique comparative exprime une corrélation négative entre la quantité de permis par agriculteur et l’usage d’engrais. De plus, la quantité de permis par agriculteur est négativement corrélée à la surface de zone humide.


WP 2014.05
Assessing and Ordering Investment in Polluting Fossil-fueled and Zero-carbon Capital

Oskar Lecuyer – Adrien Vogt-Schilb

Résumé
Cet article étudie la transition du capital polluant (centrales au charbon) vers du capital plus propre ( centrales à gaz) et vers du capital zéro carbone (énergie renouvelable). Nous modélisons la rareté des ressources, l’irréversibilité des investissements, les couts d’ajustement et un budget carbone. Affin de lisser l’investissement et les couts associés, il est optimal de commencer à construire des centrales renouvelables couteuses avant d’épuiser les ressources fossiles peu couteuses.
Investir dans des centrales à gaz à permet toutefois de construire moins de renouvelable à court terme et de déplacer les efforts du court vers le moyen terme. Enfin, le critère populaire du cout moyen actualisé de l’électricité (LCOE, levelised costs of electricity), est biaisé en faveur des technologies intermédiaires (gaz) et en défaveur du renouvelable s’il est calculé à partir des prix courants.Ces résultats sont illustrés par des simulations numériques du secteur électrique européen calibrées sur les hypothèses de la feuille de route à 2050 de la Commission Européenne.


WP 2014.04
An Instrument that Could Turn Crowding-out into Crowding-in

Antoine Beretti – Charles Figuières – Gilles Grolleau

Résumé
Dans la perspective de la Théorie de la décision, nous modélisons des agents avec différentes motivations intrinsèques et nous étudions leurs réactions à l’introduction d’incitations monétaires. Cet exercice montre que les résultats empiriques soutenant l’existence d’un effet d’éviction agrégé peuvent cacher une réalité complexe aux niveaux individuels. Nous proposons également un nouvel instrument de régulation qui utilise l’hétérogénéité des agents afin d’éviter le risque d’un effet d’éviction des motivations intrinsèques par les incitations extrinsèques, et qui est même susceptible de produire un effet de renforcement de ces deux types de motivations. Cet instrument s’appuie sur un mécanisme d’auto-sélection qui permet d’offrir un cadre incitatif adapté à chaque type d’agent.


WP 2014.03
Towards a Clean Vehicle Fleet: from Households’ Valuation of Fuel Efficiency to Policy Implications

Bénédicte Meurisse – Maxime Le Roy

Résumé
Le comportement des ménages au regard de l’efficacité énergétique de leur véhicule est examiné dans ce papier. Nous proposons d’approcher le Consentement à Payer (CAP) pour une meilleure efficacité énergétique du véhicule par la variation de revenu compensatoire. Plus précisément, nous distinguons le consentement à payer ou à recevoir (CAR) pour l’achat d’un véhicule moins consommateur de carburant du CAP théorique pour une réduction de la consommation de carburant sans devoir changer de véhicule. Puis, en supposant que le ménage est contraint de changer de véhicule, nous estimons le CAP pour l’achat du véhicule le plus efficient.
Les impacts d’une taxe sur le carburant et/ou d’un système de bonus-malus sur le CAP pour l’achat du véhicule le plus efficient et sur les distances parcourues en véhicule particulier sont également discutés. Nous trouvons que le CAP pour l’achat du véhicule le plus efficient diminue avec l’instauration de la taxe. Au contraire, l’instauration d’un système de bonus-malus conduit à une hausse du CAP pour l’achat du véhicule le plus efficient. Toutefois, diminuer le prix de marché d’un véhicule (i.e. avec un bonus) augmente le risque d’effet rebond. Cependant, une taxe sur le carburant, pourvu qu’elle soit suffisamment élevée, permet d’annuler l’effet rebond.


WP 2014.02
Conservation Priorities when Species Interact: the Noah’s Ark Metaphor Revisited

Publié dans PLoS ONE (2014), 9(9).

Pierre Courtois – Charles Figuières – Chloé Mulier

Résumé
Cette note intègre les interactions écologiques dans le problème Arche de Noé [ML Weitzman, The Noah’s Arch problem, Econometrica 66 (6) (1998) 1279-1298]. Ce faisant, nous arrivons à un modèle général pour étudier le classement des projets de conservation in situ pour des espèces en interactions, et nous offrons une méthode coût-efficacité opérationnelle afin de mieux préserver la diversité sous une contrainte de budget.


WP 2014.01
Optimal Abatement of Carbon Emission Flows

Version révisée 06.2015.
Publié dans Journal of Environmental and Economics Management (2015). 74: 55-70.

Michel Moreaux – Cees Withagen

Résumé
Nous caractérisons les politiques optimales de capture et stockage du carbone qui permettent de réduire les dommages induits par l’accumulation du CO2 dans l’atmosphère, qu’implique l’utilisation d’une ressource polluante épuisable. Nous déterminons les conditions sous lesquelles il convient de procéder à une capture totale ou partielle, ou de ne pas intervenir. En l’absence de CCS, le stock de carbone peut suivre une trajectoire en U inversé. En présence de CCS, des comportements plus compliqués peuvent se produire. Nous montrons qu’il peut être optimal de recourir initialement à une capture totale, induisant un stock décroissant, puis à de la capture partielle en conservant le sotck de CO2 constant, puis dans une phase finale de cesser la capture tout en générant un stock de CO2 en forme de U inversé. L’introduction de la notion d’adaptation dans le modèle formel nous permet d’exposer une théorie unifiée de la capture et de l’adaptation.

Plus d’articles similaires

Menu